Sébastien Martinet

À 2 ans, premier crayon de couleur,
à 10 ans premier couteau suisse,
à 14 ans premières lunettes,
à 22 ans premier chantier,
à 26 ans première sculpture,
à 46 ans première expo.

Restes de nous

L’appartement 43 du 4e étage où l’artiste a vécu pendant plus de 15 ans

Évocation de la rupture et de l’après en sept scènes correspondant aux différentes pièces de l’appartement  : un personnage récurrent grandeur nature en bois, fil de fer et bandes de tissus incarne ces différents moments. Le hall d’entrée: « voie sans issue  » pose le contexte, la cuisine « l’odeur des oignons grillés  » parle d’absence. La chambre d’amis (et atelier), « pygmalion » montre une tentative de créer du « nous » à partir d’un pauvre « je ». La salle de bain « restes d’elle » est un lieu où rien n’a changé depuis son départ, ses choses sont encore là comme dans un tombeau ou un musée. La plus grande pièce s’intitule « vortex ». C’est là que s’expriment l’angoisse, les souvenirs insupportables. La pièce centrale, au contraire, évoque les souvenirs heureux alors que les WC sont une ouverture sur la douleur physique véritable ou imaginée.

Sébastien Martinet
Sébastien Martinet
Sébastien Martinet
Sébastien Martinet